L'agriculture bio-dynamique (3/3)

Publié le par Céline

La transformation

La production, la transformation et la commercialisation sont à faire de façon à ce qu'ils soient le plus favorable possible à l'environnement.

Les ingrédients et les méthodes de transformations sont évalués par des tests sensoriels, microbiologiques, analytiques, ainsi que par des méthodes (comme la cristallisation sensible) qui mettent en évidence les forces de vie.

Les emballages :

D'une manière générale les emballages sont limités.
Si possible, les matériaux utilisés pour les emballages sont des matériaux recyclables et renouvellables (verre, papier, plastiqu recyclable).
Sont interdits : le PVC et les matériaux synthétiques chlorés, boîtes en aluminium, papier laminé synthétique ou aluminium.

Les logos :


La marque de l'agriculture bio-dynamique

La marque pour l'agriculture biologique en conversion vers le bio-dynamique

Les aliments :

Pour être certifiés Demeter, les aliments doivent contenir au minimum 90% d'ingrédients issus de l'agriculture bio-dynamique et au moins 95% d'ingrédients issuss de l'agriculture biologique (les ingrédients issus de l'agriculture bio-dynamique sont déjà conformes à l'agriculture biologique).

Une exception peut être faite si moins de 90% des ingrédients sont disponibles en qualité Demeter. Dans ce cas, un maximum de 33% d'ingrédients issus d'agriculture en conversion vers le bio-dynamique ou issus de l'agriculture biologique peut être utilisé, à condition d'avoir une procédure permettant de limiter cette exception et d'en faire mention sur l'emballage.

Les aliments certifié Demeter ont eu un soin particulier apportés à la qualité nutritionnelle, la conservation mais aussi à l'odeur, la saveur, l'aspect et bien entendu à l'hygiène.

La marque Demeter garantie :
- l'absence d'irridation
- l'absence d'OGM
- l'absence de traitement au gaz contre la germination ou contre les parasites (à l'exception du CO2 et du N2)
- l'absence de traitement par micro-ondes
- l'absence d'utilisation d'arômes : les extraits purs de plantes aromatiques et d'épices sont utilisés pour perfectionner les produits
- un contrôle des additifs utilisés : une liste très restreinte est utilisée. Elle présente les additifs autorisés par type de produits (exemple agar-agar pour les flans et pâtes à tartiner, amidon uniquement pour les flans et entremets...)
- une restriction des auxilliaires de production (même système que pour les additifs : ex : sel sans anti-agglomérant ou fluidifiant)

Les textiles :

Contrairement aux règles d'étiquetage des aliments, l'utilisation de la marque Demeter sur les textiles est limitée au pourcentage de fibres Demeter (ex : 60% laine Demeter ou 100% coton Demeter).
Au moins 50% des fibres utilisées pour le textile doivent être issues de l'agriculture bio-dynamique.
Aucun mélange avec les fibres synthétique n'est possible.
En revanche les fibres de soies et autres fibres naturelles conventionnelles sont autorisées tant qu'aucune certification Demeter n'est disponible.

Le coton Demeter est cueilli à la main.

Les Cosmétiques :

Les tests sur les animaux sont interdits pour les cosmétiques Demeter.
Les seuls ingrédients non agricoles autorisés sont les suivants : eau potable, matières minérales (sels, argiles, pierres précieuses et semi-précieuses), matières métalliques (métaux, métaux précieux), bentonite, farine fossile et sel de table.

Si la marque Demeter est proéminente et directement utilisée dans la dénomination du produit (ex : Huile de Rose Demeter), au moins 90% des ingrédients sont issus de l'agriculture bio-dynamique.

Si la marque Demeter désigne un élément du produit (ex : Huile de rose issue de roses Demeter), au moins 50% des ingrédients sont issus de l'agriculture bio-dynamique et au moins 90% des ingrédients sont issus de l'agriculture biologique.

Enfin, La dénomination Demeter peut être utilisée dans la liste d'ingrédient si l'ingrédient en question est issu de l'agriculture bio-dynamique et qu'au moins 50% des ingrédients sont issus de l'agriculture biologique.

Publié dans C'est quoi çà

Commenter cet article